Les boutiques du B.E.A.U.

L’acupuncture urbaine pour réveiller le quartier

commerces vacants vs en activités-01

Pendant la Biennale, l’équipe a travaillé In situ pour mener l’enquête, imaginer des scénarios et transformer de manière pérenne ou éphémère les espaces, en travaillant avec les propriétaires des boutiques vacantes, celles en activité, les commerçants, les aménageurs, les voisins, etc… Petit à petit, la rue a pris une autre allure, par des micro attentions et des petites transformations : nettoyer une boutique fermée pour révéler ses qualités, installer un mobilier à l’intersection de deux rues pour permettre aux passants d’y faire une pause, proposer aux habitants des rez-de-chaussée de sortir leur mobilier pour un happening impromptu et donner temporairement un nouveau visage à la rue, partir à la recherche des parcours de vie des commerçants… Toutes ces tentatives étaient consignées pour infléchir, bousculer, nourrir, et questionner le projet d’aménagement du quartier.

Notre volonté est de réaliser un véritable travail d’acupuncture urbaine où les marches exploratoires, les productions artistiques, l’enquête de terrain au plus proche des singularités du quartier et des besoins des habitants / commerçants révèlent les liens qui existent entre le territoire et la diversité culturelle. C’est une manière de venir soulever les particularités du quartier, de mettre le focus sur ce qui n’est pas visible d’emblée afin de l’introduire dans la programmation, de le faire peser dans la balance du projet urbain. C’est aussi l’occasion d’intervenir de manière fine et au plus juste en proposant des transformations singulières, en étroite connexion avec le territoire et les gens qui l’habitent.