Genèse du projet

11079606_804349302968531_429323742845124336_n

L’association Carton Plein invite en mars 2015, lors de la Biennale du Design, le membre fondateur des Danseurs Citoyens (Tunisie) Bahri Ben Yahmed  pour un colloque intitulé « Animer l’espace public, une esthétique de l’éphémère ? ».
Suite à cette première rencontre et aux nombreux intérêts partagés autour de la pédagogie et de l’expérimentation de l’espace public, ces deux entités décide de déposer un projet commun en novembre 2015 auprès d’EuromedYouth, « Histoire du noir » pour financer un échange international entre la France et la Tunisie. Ce projet se déploie sur deux semaines d’échanges entre la Tunisie et la France afin de faire ce rencontrer des groupes de travail et de formation autour de la question de l’expérience physique et esthétique de l’espace public. La dimension de l’expérimentation en commun, de la découverte de méthodologies et de contextes urbains et politiques sont au coeur de la démarche.

Conférence performée, colloque "Animer l'espace public une esthétique de l'éphémère ?" Saint-Etienne 2015. Photo : Egon Jazz
Performance devant la platine lors du colloque « Animer l’espace public une esthétique de l’éphémère ? » Saint-Etienne 2015. Photo : Egon Jazz
Performance devant la platine lors du colloque « Animer l’espace public une esthétique de l’éphémère ? » Saint-Etienne 2015. Photo : Egon Jazz
Performance devant la platine lors du colloque « Animer l’espace public une esthétique de l’éphémère ? » Saint-Etienne 2015. Photo : Egon Jazz
Performance devant la platine lors du colloque « Animer l’espace public une esthétique de l’éphémère ? » Saint-Etienne 2015. Photo : Egon Jazz
Conférence performée, colloque « Animer l’espace public une esthétique de l’éphémère ? » Saint-Etienne 2015. Photo : Egon Jazz
performance devant la platine lors du colloque « Animer l’espace public une esthétique de l’éphémère ? » Saint-Etienne 2015. Photo : Egon Jazz
performance devant la platine lors du colloque « Animer l’espace public une esthétique de l’éphémère ? » Saint-Etienne 2015. Photo : Egon Jazz