Accompagner la transformation de la gare de l’Utopie en tiers lieu culturel
En collaboration avec le PMU et le réseau des médiathèques ALF
Une mission soutenue par la communauté de communes ALF et parle labo du CD 63.

La gare de l’utopie est née en 2005 sous l’impulsion de la Communauté de communes du Pays d’Olliergues de la transformation d’une gare désaffectée en vitrine des savoir-faire, dédiée à l’attractivité du territoire et à l’accueil de nouvelles populations. Elle est devenue un « scénomusée » géré par l’Office de tourisme avec au rez-de-chaussée un quai des entreprises permettant de découvrir les savoir faire du territoire, dans une salle dédiée la projection d’un conte familial en 3D, et à l’étage la mise en scène originale de l’installation épique d’un couple sur le territoire. Mais ce projet n’a pas suffisamment anticipé son modèle de fonctionnement et son développement. La proposition n’a pas rencontré le succès escompté et s’est essoufflée.
Dès 2010 une association se constitue et propose de redynamiser ce lieu via « les utopiades », des rendez vous mensuels autour des utopies et des alternatives qui rassemblent un public fidèle. Le lieu est progressivement déshabillé de ses installations muséales, et se révèle être un équipement polyvalent avec sa salle de spectacle / cinema / conférence de 60 places, son espace d’accueil, sa grande salle, et son étage singulier fait d’une succession de wagons de toutes les époques qui surprennent les visiteurs. Un équipement en bon état, situé sur un grand axe, déjà repéré, aux multiples ressources !
La Communauté de communes confie en 2016 à Béatrice Gagliano la coordination du lieu. Elle expérimente de nombreuses formules (expositions, ateliers, projection, spectacles...) qui donnent à voir le potentiel du site encore sous investi. La récente fusion des Communautés de communes et la création de la Communauté de Communes Ambert Livradois-Forez est l’opportunité de doter ce lieu de nouvelles compétences et moyens, devenant un équipement intercommunal structurant pour le territoire, et ouvrant vers de nouveaux possibles. Le réseau des médiathèques très dynamique à l’échelle de la communauté de communes ALF, devient l’acteur interne de cette reconversion. Deux employés sont déjà physiquement installés sur le site ce qui préfigure le nouveau fonctionnement du lieu.
Quel avenir pour la gare de l’utopie ?

Il s’agit désormais de faire émerger des idées pour enrichir le projet d’activation de la gare et lui imaginer un avenir souhaitable. Pour enclencher une dynamique vertueuse et construire un projet culturel ouvert, qualitatif, inclusif et innovant, la Communauté de communes VIA son réseau des médiathèques décide de faire appel à une équipe pluridisciplinaire, capable d’observer l’existant, de réunir les forces en présence, pour faire émerger le projet du lieu et imaginer une programmation singulière pour ouvrir le lieu à de nouveaux publics de la commune de Vertolaye et d’un territoire plus large. C'est nous!!!
Carton Plein s’associe aux architectes-urbanistes du PMU installés localement pour étoffer son équipe et écrire sa proposition.
Cette transformation de la gare de l’utopie s’inscrit dans le projet de la Communauté de communes qui vise l’attractivité du territoire en imaginant des projets ambitieux, innovants, capables de se projeter dans l’avenir à l’image de ce slogan «une autre vie s’invente ici». Le projet doit être réécrit avec cette dimension prospective qui permettra de lui donner une visibilité et un intérêt à plus grande échelle, et sera un signal positif pour les nouveaux arrivants.
Pour autant, il s’agit bien de travailler un projet très ancré sur la commune, en lien étroit avec la municipalité et le terreau associatif local, mais aussi l’école, les entreprises... en imaginant des propositions adaptées dans le lieu mais aussi hors les murs pour densifier les connexions. Il ne s’agit pas non plus de renier l’histoire du lieu et de faire table rase des belles expériences qui s’y sont menées mais de les réinventer, de les réimpulser, de leur donner du souffle en les replacant au coeur d’un projet partagé et d’une dynamique d’action collective plus forte.
Au coeur de ce travail, une réflexion sur l’économie et la viabilité à long terme de ce lieu est primordiale pour ne pas produire une nouvelle coquille vide ou un équipement surdimensionner. Au coeur des échanges, il s’agira d’imaginer un modèle économique innovant qui puisse mixer et faire converger les énergies existantes, et capter de nouvelles sources de financement. Le mouvement émergent des tiers lieux sera probablement source d’inspiration pour reconstruire un projet culturel hybride.