l'expression graphique au quotidien

Le Mur de la Cartonnerie, grand édifice, est support d’expressions. Etape par étape, il mute, accueillant différents langages artistiques et laissant prise aux interventions spontanées des usagers. Des artistes sont invités à travailler sur les murs (Sébastien Degheil, Marcelo Valente, Stéphane Bonjour).
Autour de ces chantiers monumentaux (fresques, papiers collés, jeux..), ce sont de nombreux temps d’échange, de collecte, de fabrication : tests préalables, recueil d’autoportraits d’enfants, et recueil sonore de règles du jeu.... D’autres artistes s’invitent spontanément dans l’espace public devenu spot de graffs. Après avoir cherché à endiguer le phénomène des graffs, nous avons admis que ce phénomène faisait partie de l’identité des lieux. Nous cherchons à voir aujourd’hui comment renouveler et enrichir les types de langages, comment les faire s’hybrider, se rencontrer...


le journal mural, épisode 1


la fresque de Sébastien Dégheil, épisode 2


le contest de graf de Potos Carrés, épisode 3


les chantiers créatifs


Lola et Juliana expérimentent une fresque en mousse

"Le fait d’agir directement sur le mur avec les enfants du quartier nous a permis d’avoir un échange avec eux sur leur regard sur ces murs. Beaucoup nous parlèrent des graffiti avec admiration, fiers d’en réaliser à leur façon. En revanche le matériau végétal, difficile à manier pour eux, a nécessité trop de patience pour une efficacité réduite. Nous avons réalisé au cours de l’atelier que la technique n’était pas adaptée à l’échelle du lieu.
Quelques semaines plus tard, les graffeurs reprirent leurs droits. Free Gaza vint recouvrir la maison aux rideaux à pois verts.
À posteriori on a constaté que lorsqu’une action reste trop longtemps inachevée, en l’occurrence le dessin n’était pas totalement recouvert de mousse, elle se fait dépasser par une action successive qui tourne la page.
D’autres techniques restaient à explorer pour inciter une cohabitation murale qui fasse écho au mélange des pratiques et des publics qui caractérise La Cartonnerie." Lola Diard et Juliana Gotilla


un mur noir pour dessiner à la craie


Alors ça c'est orange !, épisode 4

«  Tel un jeu d’apparition et de disparition, voici le retour des graffs sur le site : adieu nuage bleu et ciel orange... Quelques lettres, des chiffres, un message à décoder ? peut-être une bonne année 2013 ? Comment on fait maintenant ? A regarder de près ces éclaboussures faites à la brosse sont particulièrement difficile à intégrer dans notre jeu de recouvrement. Un peu dépités, nous demandons à Stéphane Bonjour, artiste peintre qui travaille les recouvrements permanents, de faire vivre ce mur, comme un tableau géant, pendant quelques mois... » extrait du blog La Cartonnerie, janvier 2013


les interventions de Stephane Bonjour, épisode 4 / 5

Depuis janvier 2013, Stéphane Bonjour, artiste peintre de Carton Plein a ainsi recherché et produit, semaine après semaine durant plus de six mois, des créations et tente un dialogue avec ceux qui ont repéré le site comme spot de graffi ti. Son oeil capte le réel : entre douce banalité et violence ordinaire, il extrait des croquis, des photographies qu’il monte sur les murs de la Cartonnerie. Il tente ainsi de proposer un langage hybride à travers une performance continue sur le site. Un atelier immense à ciel ouvert pour un peintre contemporain ? Un défi !


Grands jeux projetés avec Marcello Valente lors de la Biennale 2013